Menu Fermer
16 km
4 h
650 m

Description
1- Rodellar
2- Mascún / El delfín / Andrebot
3- Dolmen de Losa Mora
4- Nasarre
5- Otín
6- Costera / Cuca Bellosta
7- Source de la Mascún / Rodellar
1 – À l’entrée du village de Rodellar il y a un petit parking, qui sera notre point de départ. En traversant le village et en passant par la place nous rejoindrons les escaliers qui se dirigent vers le quartier de la Honguera. Après l’avoir dépassé, nous arriverons à un sentier qui descend en lacet vers la rivière Mascún.
2- Notre objectif sera de remonter la rivière en la traversant plusieurs fois. Passant par la résurgence et au pieds de la fenêtre naturelle appelée “El delfín” (Le Dauphin), nous arriverons à un croisement. A notre gauche part un sentier qui débouche rapidement sur un canyon appelé Barranco de Andrebot (indiqué) Attention : Ne pas suivre le sentier qui remonte la rivière.
3- Le sentier choisi prend de la hateur et nous permet de franchir un bon dénivelé. Nous passerons devant plusieurs sentiers bifurquant à gauche que nous ne suivrons pas. Le sentier se redresse peu à peu et nous trouverons le Dolmen de Losa Mora à notre droite.
4- A ce même endroit plusieurs sentiers se séparent. Nous prendrons celui qui part le plus à gauche en direction de Nasarre. Le sentier bien marqué deviendra une piste juste avant le village abandonné de Nasarre.
5- Devant l’église il y a un sentier qui part en direction d’Otín. Quand on arrive à Nasarre, ce sentier est à notre droit. On ne le quittera pas jusqu’ à Otín, en évitant les nombreaux sentiers qu’ on recontra.
6- Une fois à Otin, nous tournerons à droite pour descendre vers les maisons situées en bas du village, où nous trouverons le chemin du retour menant à Rodellar. Le chemin est d’abord plat puis descend de façon plus raide vers la costera. Nous verrons les rochers la Ciudadela et la Cuca Bellostas à notre gauche. Lorsque nous arriverons à la rivière, nous descendrons jusqu’à la rive pour arriver au croisement d’Andrebot par lequel nous étions déjà passés. Il ne nous restera plus qu’à monter jusqu’à Rodellar pour terminer notre parcours.
Histoire et culture
Je suis souvent amené à me rendre aux villages d’Otin ou Nasarre pour des raisons professionnelles et à chaque fois je suis immanquablement submergé par un flot d’émotions, comme si c’était la première fois que j’y allais. J’aime imaginer comment devait être ce plateau autrefois, avec toutes ses maisons habitées, avec les murs des basse-cours et le long des chemins, les champs cultivés, le bétail en train de paître, le va-et-vient des fermiers, des agriculteurs et des commerçants qui venaient de Bara, Used, Letosa, Bagueste, San Hipolito et des autres villages pour vendre leurs produits à Somontano.
Il ne reste aujourd’hui que les ruines et les troupeaux de chèvres sauvages abandonnés par les derniers habitants et qui nous accueillent souvent en passant leur tête par les balcons et les fenêtres des maisons en ruine qui leur servent de refuge la nuit.
Si nous pensons, de plus, aux noms des différentes formations rocheuses qui caractérisent le paysage (par exemple : Cuca bellosta, Ciudadela, Peña los moros), au dolmen de Losa Mora, au canyon de Mascun, à la grotte d’Andrebot, aux forêts de chêne, aux nombreuses légendes et au silence prépondérant, nous réalisons immédiatement que ce lieu est aussi pittoresque que mystérieux.
Légende
Une des nombreuses légendes de la région est celle des deux amants qui ont été enterrés sous les pierres du Dolmen de Losa Mora. Elle raconte l’histoire d’un roi Maure et d’une belle Chrétienne qui décident de fuir ensemble à Nocito, leurs familles s’étant opposées à leur union. Au niveau du Dolmen ils sont cependant surpris par une patrouille Chrétienne qui les tue en leur tirant deux flèches dans le cœur et les enterre sous les pierres.
Comme autre lieu énigmatique on trouve la rivière de Mascun, dont le nom proviendrait de l’Arabe et signifierait « lieu habité par les esprits ». Lorsque le niveau du Mascun baissait, le choc de l’eau contre les rochers produisait un tel vacarme, que le village d’Otin pouvait l’entendre et certains habitants l’interprétaient comme les cris des esprits des Maures, qui avaient péri sur ces falaises. D’autres histoires parlent du bruit des sorcières qui arrivent dans toute la Sierra de Guara et qui se réunissent dans les nombreuses grottes des ravins les plus profonds pour célébrer leurs rituels.

FICHE TECNIQUE

Itinéraire : Villages de légendes
Point de départ et d’arrivée : Rodellar
Meilleure période : Tout l’année. Sans neige
Difficulté selon le *M.I.D.E : * le milieu naturel (M), l’itinéraire (I), le déplacement (D) et l’effort (E). Pour chacune de ces catégories, le niveau de difficulté est évalué sur une échelle de 1 à 5) M=3 ; I=2 ; D=2
Type: Circulaire
VTT : Oui (80 % cyclable Difficulté technique= Très difficile ; Difficulté physique= Très élevée).
Voitures suiveuses : Non